Ceucidit

Ceucidit

07 mai 2008

Le journalisme et la pédagogie

Un aspect que l'on oublie parfois dans le journalisme c'est le côté pédagogique, car on rédige pour être lu, mais surtout pour être compris.

enfant_globeRien ne sert en effet de se lancer dans une prose qui découragera les lecteurs. Cela peut paraître évident, mais selon qu'un article sera publié sur Les Echos, Le Monde ou 20 Minutes les références culturelles, le vocabulaire et la mise en page seront bien distincts.

Le journaliste doit adapter ses écrits pour permettre aux lecteurs de lire aisément ses articles. Le rôle d'un journaliste c'est entre autre de transmettre des informations et donc veiller à ce que celles-ci puissent être parfaitement assimilées. Selon que l'on écrive pour un lectorat expert ou non, une même information ne sera alors pas déclinée de la même manière. Mais une information ne se transmet pas uniquement par du texte. Sur Internet il est possible d'utiliser la panoplie complète des moyens d'informations (texte, vidéo, son...). Comme je l'écrivais dans le billet précédent, la tendance c'est d'aller vers le rich média.

Le rich média et utilisé pour expliciter et approfondir un sujet. Si cela peut paraître être une nouveauté pour l'information en ligne, il n'en est rien ailleurs. Ainsi c'est une méthode que les enseignants utilisent fréquemment et depuis longtemps pour aborder des thématiques comme l'histoire ou la géographie. En effet il leur est possible d'utiliser le texte (tableau, livres), des graphiques, des cartes en relief, des photos, des frises chronologiques, de la vidéo, du son pour apporter à leurs cours un attrait supplémentaire et obtenir une compréhension optimale. Cette technique pédagogique est aussi utilisée dans de nombreux musées et expositions. Le Palais de la Découverte par exemple propose de s'instruire à travers des parcours ludiques et interactifs. Pour cela il permet aux visiteurs de participer à différentes expériences et met à profit nos cinq sens si besoin est pour apprendre, comprendre et assimiler au mieux.

Désormais il y a donc une volonté des médias en ligne de parvenir à en offrir plus. Toutefois, si le magazine GEO a opté pour cette démarche ça n'est pas complètement un hasard. Cette méthodologie demande un surcroît de travail et il est seulement intéressant de travailler ainsi si le thème traité est complexe. Comme le disait Alain Joannès dans la vidéo précédente, cette technique n'apporterait rien pour la météo (la simplicité et parfois plus adéquate). Un autre aspect que je trouve positif dans cette démarche, c'est qu'elle oblige à fouiller, à enquêter et à analyser un peu plus une information. Si cela peut permettre d'offrir une autre alternative que la rapidité et la recherche du scoop qui ces derniers temps ont pas mal contribué à dé-crédibiliser les journalistes et bien tant mieux !

Le truc en plus : cette photo est extraite du site web de la cité de la voile Eric Tabarly. L'onglet pédagogie comporte trois rubriques : pour expérimenter, pour comprendre et partager le plaisir de naviguer.

Posté par Ceucidit à 10:16 - Blogs - Internet - Journalisme - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    C'est vrai !

    "Rien ne sert en effet de se lancer dans une prose qui découragera les lecteurs."
    Tu as raison, en écrivant sur mon blog, je pensais souvent, au début au moins me faire plaisir d'abord. J'intègre mieux cette notion désormais.

    Crois-tu que la multiplication des sollicitations (des outils, des formes d'accès) réduit le temps d'attention (phénomène de zapping si bien traduit et poussé à l'extrême par systaime - Michaël Borras - dans ses créations) ?

    http://www.net-art-movie.com/frenchtrashtouch/

    Posté par Marcus, 08 mai 2008 à 11:57
  • j'aime ton enthousiasme

    tu as découvert le "rich média" !

    Mais tous les journalistes sont-ils armés / motivés pour s'y lancer ? Certains ne pratiquent pas, avec ardeur, le jargon, justement, afin de se qualifier par rapport aux autres (ou de disqualifier ?).

    Tiens, je trouve dans le Discover Magazine US une information qui apportera de l'eau à ton moulin actuel :

    Hans Rosling, chercheur suédois sur la santé mondiale, et qui a co fondé Gapminder et que je te laisse découvrir ici

    http://www.gapminder.org/gapminder-world.html

    une source d'information pour les leaders et aussi pour les média, sans pareille.

    Si tu le souhaites, on peut en discuter
    (je vais sans doute faire un billet sur ce mec sur mon blog)

    Posté par Cath, 12 mai 2008 à 18:45
  • Marcus : il est vrai que comme à la télé le choix amène souvent à zapper. Mais bon j'ose croire que lorsqu'un programme est bon les gens reviennent.

    Cath : le journalisme sur le net en est à une époque ou rien n'est encore définitif et où tout peut encore être imaginé. Donc il est dommage je trouve que dès le presque-début de cette aventure certains s'en sentent exclu. La curiosité étant l'une des qualités requises pour être journaliste il est alors difficile de concevoir que certains puissent avoir peur et critiquer internet sans jamais avoir pris le temps d'en comprendre le fonctionnement. Il n'est pas du tout question de compétences selon moi car celles-ci s'acquièrent au fur et à mesure dès lors que l'on en a envie. Il y a deux ans je n'y connaissais rien non plus d'Internet et désormais je pourrais en parler durant des heures et personne ne m'a jamais aidé ! Merci pour pour le lien

    Posté par Ceucidit, 14 mai 2008 à 09:47

Poster un commentaire